LeMoisGynéco | Mars 2021 | Pack Complet

Quand :
1 mars, 2021 @ 20:00 – 31 mars, 2021 @ 21:30 Europe/Paris Fuseau horaire
2021-03-01T20:00:00+01:00
2021-03-31T21:30:00+02:00
Coût :
160 € (Adhérents 115 €)
Contact :
Institut Français de Micro-Immunothérapie
+33 (0) 1 86 95 41 63

#LeMoisGynéco, c’est 4 conférences en ligne, 1 table ronde et 1 stand virtuel pour tout savoir sur la place de la micro-immunothérapie dans le domaine de la gynécologie et plus particulièrement dans le traitement du papillomavirus, de l’herpès génital, des chlamydiae ou de l’endométriose. 

Vous pouvez vous inscrire directement aux 4 conférences (pack complet) ou simplement à la conférence de votre choix (LeMoisGynéco#1,#2,#3 ou #4). Le stand virtuel ainsi que la table ronde seront accessibles à toutes les personnes inscrites au minimum à une conférence. Si vous êtes indisponible aux dates et heures prévues vous pourrez voir les enregistrements en différé.

Nous ne parlons en ce moment que de la pandémie de la Covid-19. Il y en a une autre, qui sévit depuis une trentaine d’années, et qui touche silencieusement environ 80% des jeunes de 22 à 25 ans, c’est le Papillomavirus humain à risque oncogène. 10% des victimes auront du mal à s’en débarrasser, au point qu’aujourd’hui en France elle tue 3 femmes par jour de cancer du col et 12 autres personnes de cancers divers. Actuellement la seule défense est la vaccination. Ainsi ceux qui n’ont pu avoir accès au vaccin, notamment en raison de leur âge, ne peuvent compter que sur leur système immunitaire pour les protéger. En l’absence de tout traitement en médecine classique, la micro-immunothérapie est une alternative bienvenue.

Les infections à herpès virus et à chlamydiae sont caractérisées toutes deux par une très grande fréquence et par leur capacité à rester latentes au niveau de l’organisme induisant des infections persistantes et récurrentes. La micro-immunothérapie réduit l’infectiosité de ces deux agents pathogènes en modulant la réponse immunitaire et en permettant de limiter les récidives.

L’endométriose ou présence de foyers de cellules endométriales en dehors de l’endomètre, doit être considérée comme une maladie inflammatoire chronique œstrogénodépendante. Par conséquent, nous verrons comment sont impliquées une altération de la fonction du système immunitaire et la dépendance œstrogénique, dans la progression et maintien de cette maladie inflammatoire chronique avec son cortège de symptômes inflammatoires (douleurs, adhérences…). La micro-immunothérapie nous donne la possibilité de moduler et corriger cette inflammation chronique de manière efficace.

Revue de situations critiques pour des femmes atteintes de ce virus, avec une alternative d’attente passive ou d’intervention chirurgicale, qui ont pu être aidées et même débarrassées de l’atteinte virale chronique. Étude sur quelques années de recul.